Les concours interne et externe

Organisés par le CNFPT, les concours interne et externe d’ingénieur en chef ont généralement lieu annuellement. Ils sont composés de trois épreuves écrites d’admissibilité et de deux ou trois épreuves orales d’admission.

En savoir plus sur les concours d’ingénieurs en chef territoriaux : https://www.cnfpt.fr/evoluer/preparation-aux-concours-concours-examens-professionnels/decouvrir-differents-types-concours-examens-professionnels/concours-dingenieur-ou-ingenieure-chef-territorial/national

Une préparation aux épreuves d’admissibilité est proposée pour le concours interne par le CNFPT entre février et juillet de l’année du concours. Attention l’inscription à la préparation est conditionnée par la réussite à un test qui a généralement lieu en septembre de l’année précédente. Il est recommandé de surveiller les dates limites d’inscription à cette préparation mais aussi au concours. En cas d’admissibilité, une préparation aux épreuves orales d’admission est également proposée par le CNFPT.

Une nouvelle préparation aux épreuves d’admissibilité puis d’admission est désormais proposée par l’E.N.G.E.E.S. aux futurs candidats du concours externe en partenariat avec le CNFPT et l’Association IngéChef : https://engees.unistra.fr/formations/formation-professionnelle-continue/sessionscourtesqualifiantes/formations-a-distance/ass4012-smart-water-management-33-specifique-assainissement-1

Interne ou externe, depuis sa création, l’association IngéChef vous accompagne dans votre préparation aux épreuves orales d’admission. Pour en savoir plus : Dispositif d’accompagnement des admissibles

Partager

Choisir entre concours interne, concours externe et examen pro

Les principales différences entre le concours et l’examen professionnel pour accéder au cadre d’emploi des ingénieurs en chef sont d’une part les conditions d’accès et d’autres part les épreuves dont la pondération diffère entre les deux types de concours

Lorsqu’on s’inscrit au concours d’ingénieur en chef, il faut bien avoir en tête que la réussite au concours sera suivie d’une année de scolarité à l’institut national des études territoriales (INET) situé à Strasbourg. Durant cette période, il faudra s’organiser entre le lieu de vie de famille, le lieu d’étude mais également les lieux de st.ages qui représentent un peu plus d’un tiers de la scolarité.

De plus, la période de scolarité, même si elle est rémunérée et qu’une indemnité de maintien de salaire pour les agents publics avant la formation a été mise en place en février 2021, suppose a minima des frais supplémentaires notamment pour l’hébergement et les transports vers et à Strasbourg. Ces frais peuvent représenter un montant significatif. Ainsi, comme dans tout projet, il est conseillé de faire des simulations pour vérifier la soutenabilité du projet pour ses finances personnelles.

L’examen professionnel ne suppose pas de suivre une année de scolarité car ses épreuves (la rédaction d’un dossier d’expérience professionnelle et un entretien) ont pour objectif d’identifier les candidats qui exercent déjà des missions d’ingénieurs en chef sans en avoir le grade. En cas de réussite à l’examen professionnel, si le candidat n’exerce pas dans une collectivité ou un établissement public éligible (ex communes de plus de 40 000 habitants), une mobilité professionnelle sera nécessaire pour pouvoir bénéficier de la promotion en tant qu’ingénieur en chef. Il est recommandé d’y réfléchir avant son inscription à l’examen professionnel.

Partager

Cadre d’emploi des ingénieur.e.s en chef territoriaux

Qui sont les ingénieurs en chef territoriaux ?

  • Des cadres supérieurs de la filière technique : les ingénieurs en chef territoriaux détiennent les grades les plus élevés de la filière technique de la Fonction Publique Territoriale (FPT). Ce nouveau cadre d’emploi, créé en 2016, regroupe des cadres dirigeants avec de fortes capacités managériales, une culture technique ainsi qu’une capacité à innover.
  • Des cadres dirigeants des grandes collectivités : ils exercent leurs fonctions au sein des grandes collectivités (ville de plus de 40 000 habitants, département, région, structure intercommunale…) soit directement au sein de la direction générale, soit sur des politiques sectorielles.
  •  Des haut-fonctionnaires : les ingénieurs en chef reçoivent une formation d’excellence, entre apports théoriques et missions de terrain. Ce cursus professionnalisant est dispensé par l’Institut national des études territoriales (INET) de Strasbourg, en inter-filière avec les autres cadres dirigeants territoriaux : administrateurs et conservateurs et en cohérence avec les autres grandes écoles de la fonction publique française.

Quelles sont leurs plus-values au sein des directions générales ?

  •  Leur complémentarité : ils diversifient et enrichissent les équipes de direction en complémentarité des autres cadres dirigeants à culture administrative ou culturelle.
  •  Une approche experte au sein de la direction générale : dans les collectifs de direction, ils marquent leur attachement à une approche scientifique rigoureuse et à une expertise de terrain pour accompagner la réflexion politique.

Des atouts pour accompagner les transformations sociétales…et pour construire l’action publique de demain : les ingénieurs en chefs participent avec engagement à la transformation de nos territoires. Sous l’autorité des élus, ils expérimentent, conçoivent et adaptent durablement les organisations et les politiques publiques pour répondre aux enjeux des transitions sociales, environnementales et économiques.


Plus de 3600 ingénieurs en chef territoriaux au sein des collectivités locales

47% des cadres dirigeants sont des ingénieurs en chef

13% des postes de DGS sont occupés par des ingénieurs en chef

Près de 30 ingénieurs en chef territoriaux sont formés chaque année à l’INET


En savoir plus :

https://www.lagazettedescommunes.com/531572/ingenieur-en-chef-territorial-metiers-recrutement-carriere-salaire/

http://www.cnfpt.fr/evoluer/concours-examens-professionnels-organises-cnfpt/concours-dingenieure-chef-territoriale/cadre-demplois-ingenieure-chef/national

Partager

Rachel Carson : un nom de promotion engagé

L’obligation de subir nous

donne le droit de savoir.

Rachel Carson : un nom de promotion engagé en faveur de la transformation écologique des territoires pour les ingénieurs en chef territoriaux.

Les Elèves Ingénieures et Ingénieurs en chef Territoriaux ont choisi de mettre à l’honneur cette biologiste marine et écologiste américaine décédée en 1964. Elle a notamment publié “Cette mer qui nous entoure” et son best-seller “Printemps silencieux”. Ce dernier ouvrage déclencha un renversement dans la politique américaine envers les biocides, conduisant à une interdiction nationale de certains pesticides pour leurs ravages sur les insectes et les oiseaux.

Les futurs ingénieurs en chef souhaitent, par ce choix, rendre hommage à une grande femme qui a su, par ses convictions et son travail, mener un combat concret en faveur de la protection de l’environnement et de la santé de ses concitoyens.

Ce choix reflète leur envie de participer, avec engagement, à la transformation et à la transition écologique de nos territoires. Au sein des directions générales, ils marquent leur attachement à une approche scientifique rigoureuse et à une expertise de terrain pour accompagner la réflexion politique et construire l’action publique de demain.

Consulter leurs profils : https://bit.ly/2ZeNdQ9

Partager

L’examen professionnel

L’examen professionnel permet aux agents assumant des fonctions d’ingénieur en chef sans en avoir le grade de faire reconnaître leur expérience. A l’issu d’une épreuve écrite consistant en la remise d’un dossier professionnel et d’une épreuve d’entretien avec un jury, le lauréat de l’examen professionnel pourra intégrer le cadre d’emploi des Ingénieurs en chef sans avoir à passer le concours et l’année de formation à l’INET. Toutefois, pour être nommé dans le cadre d’emploi des ingénieurs en chef, l’employeur doit pouvoir embaucher des ingénieurs en chef (commune de plus de 40 000 habitants, etc) et le poste doit être créé ou modifié pour pouvoir être occupé un ingénieur en chef.

en savoir plus :

https://www.cnfpt.fr/evoluer/preparation-aux-concours-concours-examens-professionnels/decouvrir-differents-types-concours-examens-professionnels/lexamen-professionnel-dingenieur-ou-ingenieure-territorial-chefreporte/national?geoloc=true

Partager

Wangari Muta Maathai, la promotion 2019/2020 a choisi son nom

une femme kenyanne pour porter les valeurs des ingénieurs en chef

Les élèves ingénieurs en chef territoriaux de la deuxième promotion ont choisi cette femme kenyanne biologiste et militante politique et écologiste comme nom de promotion. C’est la première femme africaine à recevoir le prix Nobel de la paix pour sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix. Appelés à travailler pour l’intérêt général et notamment l’environnement au sein des collectivités (eau, traitement des déchets, biodiversité…), les élèves ingénieurs affirment ainsi les valeurs de développement durable, d’égalité homme femme et d’ouverture internationale qui seront au cœur de leurs futures responsabilités.

Partager

Jules Verne, la promotion 2017/2018 a choisi son nom

Les élèves ingénieurs en chef ont choisi Jules Verne. La toute première promotion d’élèves ingénieurs en chef a choisi d’adopter le nom de cet homme de lettres dont l’œuvre est fondée sur le progrès technologique et l’innovation. Formés pendant un an à l’INET, ces futurs ingénieurs en chef territoriaux œuvreront au sein des collectivités au management stratégique et à l’ingénierie publique territoriale : architecture, infrastructures et réseaux, prévention et gestion des risques, urbanisme, aménagement et paysages, systèmes d’information… Bienvenue à la promotion Jules Verne !

Partager